Visual writing (in French)

Dessiner gribouiller

Publié le 28 août 2011

L’un des arguments en faveur du mindmapping est le renforcement mutuel entre l’image et le texte qui font appel chacun à l’un des hémisphères cervicaux. Parlez de texte pour le mindmapping, c’est parler de mots clés. Les idées, thèmes, concepts s’exprime sous cette forme.

Quant à l’image, il s’agit souvent d’une icone ou un symbole mais qui peut aussi être une image plus élaborée. Elle donne alors le contexte des mots clés et vise à éliminer les phénomènes de polysémie ; renforce la signification des mots clés ; ou donne des informations supplémentaires.

Il est une autre raison que l’on rencontre dans cette association de ces deux formes. On la retrouve notamment  dans le phénomène du gribouillage qui illustre nombre de prise de notes. Gribouiller permet de fixer son attention comme une étude de 2009 semble le suggérer.

Mais gribouiller permet aussi d’extraire de sa pensée les images qui y sont. En un sens c’est une aide à la formalisation des idées.

Petite comptine proposée par Martin Lessard

ce que je sais sera toujours > à ce que je peux dire
ce que je peux dire sera toujours > à ce que je peux écrire
ce que je peux écrire sera toujours > à ce que l’autre peut lire
ce que l’autre peut lire sera toujours > à ce que l’autre peut retenir
ce que l’autre peut retenir sera toujours > à ce que l’autre peut dire

Donner une image de sa pensée, plutôt que des mots visent donc à expliciter ce qu’un individu ou un groupe pense de manière tacite. Nous sommes ici dans une logique de knowledge management. Voici une réponse proposée par les écrivains célèbres pour formaliser le texte l’idée ou le récit qui est visible dans l’exposition virtuelle de la BNF sur les brouillons d’écrivains

Brouillon de Georges Perec

Brouillon de Paul Valéry

L’ensemble de la page, textes et images devient alors un tout autonome, une image qui s’imprime dans la mémoire du spectateur comme elle a du s’imprimer dans celle de son auteur. C’est devenu un élément de connaissances issu des connaissances de leur auteur. Un état intermédiaire à la production du texte.

On retrouve cette expression de l’idée sous forme de textes et d’images chez le plus célèbre des inventeurs :

Nous ne sommes pas loin de l’idée du carnet de brouillon ou du carnet de notes dans lequel l’image est une ébauche d’externalisation de connaissances en même temps qu’un premier jet. Nous ne sommes pas loin également de l’idée de dessin technique ou l’image devient le centre de la page et les mots clés sont devenu des illustrations de cette image. Nous assistons alors à un renversement du rapport entre textes et images au profit du second.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s